Visiter Shanghaï et Pékin en une semaine (2/2)

La mission? Une semaine de vacances en Chine en avril, départ un vendredi soir, retour le dimanche d’après. Soit 7 jours entiers pour en profiter raisonnablement et visiter ces deux immenses villes que sont Shanghaï et Pékin (ou Beijing selon ce que vous préférez!). Oui, c’est possible! Évidemment, ce ne sera pas de tout repos. Bien sûr, vous ne pourrez pas tout voir et il vous faudra faire des choix. Mais pour une première fois, vous aurez largement le temps de prendre le pouls de ces deux métropoles chinoises. Par ici la première partie, à Shanghaï.


Deuxième partie : 3 jours de vacances à Pékin

Logement en centre-ville de Pékin

Oui, encore une fois, nous n’avons pu résister à l’appel d’un bel hôtel 5 étoiles. D’autant plus que celui-ci se trouve à quelques minutes à pied des murs de la Cité Interdite! L’hôtel Renaissance Beijing Wangfujing est très confortable, avec des chambres modernes, propres, et joliment décorées. Parfait pour se reposer le soir, si comme nous, vous marchez plus de vingt kilomètres par jour dans la ville. Étonnamment, pour une qualité supérieure et un emplacement exceptionnel, l’hôtel coûte moins cher que celui que nous avions choisi à Shanghaï : environ 900 CNY par nuit (soit 180 CAD ou 120 EUR). Un beau choix si vous aimez le confort pour vos nuits autant que l’aventure pour vos journées!

Le transport à Pékin pendant 3 jours 

Comme à Shanghaï, si vous pouvez faire un maximum à pied, alors faites-le. Mais les distances peuvent facilement être grandes, selon ce que vous voulez aller visiter. Alors n’hésitez pas à prendre le métro, qui se paie en fonction de la longueur du trajet, mais qui est très, très peu cher! Les machines sont en chinois et en anglais par contre ;)

Matinée à la Cité Interdite

Vous n’aurez pas besoin de plus d’une demi-journée pour visiter la Cité Interdite. De toute façon, les billets d’entrée sont prévus uniquement pour la demi-journée. Je dirais qu’en 2-3 heures, vous pouvez correctement en faire le tour, tout dépend de votre vitesse de marche et si vous avez un audioguide ou non par exemple.

Pour vous procurer les billets. Maintenant, tout se fait sur Internet! Malheureusement, au moment où nous y sommes allés (et peut-être encore maintenant), impossible de le faire par soi-même en étant touriste étranger (absurde, vous avez dit?). Bref, ce n’est quand même pas trop compliqué, il suffit de demander à une agence de voyages, ou plus simplement, à votre hôtel. C’est ce que nous avons fait, et en quelques minutes, les billets d’entrée étaient réservés. Il suffit ensuite de se présenter le matin à l’ouverture des portes de la Cité Interdite, de donner votre passeport, et hop, vous rentrez. Honnêtement, ce système est d’une rapidité incroyable, malgré les centaines de personnes déjà présentes.

Mon conseil. Une fois à l’intérieur, ne suivez pas les groupes et leurs guides qui sont souvent en plein milieu des allées, et qui vont très vite pour terminer la visite rapidement. Allez plutôt sur les côtés, où vous pourrez prendre des photos sans avoir des dizaines de touristes avec vous. Et sortez des grandes allées aussi, allez dans les passages plus étroits, pour voir les petites cours charmantes et l’architecture typique. C’est fantastique.



Faire un tour dans le très beau parc Beihai

Après la visite de la Cité Interdite, vous verrez beaucoup de touristes monter sur la colline du parc Jingshan, pour une seule et unique raison : prendre une photo avec une belle vue de la cité Interdite en arrière-plan. Si vraiment vous pensez que vous allez mal dormir si vous ne faites pas ça, allez-y, mais sachez que ce sera cher pour ce que c’est, plein de monde, et surtout, selon le temps et le degré de pollution, pas sûr que la vue soit fantastique.

Ce que je vous conseille plutôt, c’est de marcher un peu plus à l’ouest pour visiter le parc Beihai. Cela ne coûte quasiment rien, il y aura beaucoup moins de monde et c’est sincèrement un très, très bel endroit. C’est un jardin impérial qui serait vieux de plus d’un millénaire (!) et dont la construction bouddhiste en haut de la colline en est le symbole. Sincèrement, ça vaut le détour. Ne serait-ce que pour s’échapper du bourdonnement de la ville et des milliers de touristes de la cité Interdite.


Marcher et manger autour de la Cité Interdite 

Faites en sorte de prendre le temps de vous balader autour de la Cité Interdite et d’essayer de ne pas courir d’un endroit à un autre ou vous engouffrer dans le métro.

Par exemple, allez marcher dans ce « hutong » entre la sortie nord de la Cité Interdite et le parc Beihai. Les hutong sont des petites ruelles traditionnelles, plus ou moins bien entretenues, et celle-ci est très mignonne!


Pour manger, nous sommes tombés sur ce tout petit restaurant littéralement au bord du mur ouest de la Cité Interdite. Tout y est écrit en chinois, donc aucun touriste non chinois. Il y a cinq choix, c’est tout. Ça se résume à des sortes de nouilles différentes (enfin, je crois!). Bref, nous avons commandé les deux plats les moins chers (3-4 $ CAD ou 2-3 € chaque plat) et nous nous sommes régalés. Si vous êtes un tant soit peu aventurier et que ça ne vous fait pas peur de ne pas exactement savoir ce que vous allez mangé, alors allez-y les yeux fermer, c’est délicieux et (presque) donné. Voici le lien Google Maps. Et la photo!


Passer par la place Tiananmen, pour aller se balader rue Qianmen

La place Tiananmen, c’est un lieu incontournable, parce que cela fait face à la Cité Interdite évidemment, mais aussi pour des raisons historiques plus ou moins glorieuses (plutôt moins, d’ailleurs...). C’est d’ailleurs assez étonnant et troublant, de voir tous les touristes qui s’amusent, rient et se prennent en selfie sur cette place qui fût le lieu d’un massacre innommable il n’y a finalement pas si longtemps... Bref, je vous conseille d’aller faire un tour sur Wikipédia même si vous n’êtes pas féru d’histoire, vous comprendrez peut-être pourquoi je me sentais obligé de rester silencieux, sur cette grande place, au même titre que si je venais d’entrer dans un cimetière.


Une fois sur la place, continuez vers le sud de la ville, pour atteindre la rue Qianmen, une très sympathique rue commerçante où l’architecture est vraiment intéressante. Même entrer dans le Starbucks vaut le détour. Pas pour prendre un café, juste pour voir l’architecture ;)



Marcher sur la Grande Muraille de Chine

Parce qu’en étant à Pékin, ce serait dommage de passer à côté. Surtout que c’est aisément accessible, même si avec le transport, il vous faut compter la journée. Il y a plusieurs parties de la Grande Muraille qui sont accessibles, certaine plus praticables que d’autres, et il vous suffira de chercher un peu sur Internet pour voir celle qui vous attire le plus, selon si vous voulez quelque chose de simple et touristique, ou de moins simple et moins touristique.

Personnellement, nous avons trouvé une compagnie de tourisme qui pour un tarif abordable, est venue nous chercher à notre hôtel pour nous emmener à « Gubei Water Town », un village aux allures anciennes bâti autour de canaux, au pied de la montagne (environ trois heures de route). C’est vraiment plus une attraction touristique que quelque chose de traditionnel, mais il vous faut passer par là pour aller jusqu’à la muraille.

La partie de la Grande Muraille qui, du haut de la montagne, surplombe le petit village touristique, s’appelle Simataï. Et après avoir grimpé jusqu’en haut, vous ne regretterez pas les trois heures de route et les frais d’entrées un peu élevés. Pour moi, c’était un rêve devenu réalité. D’autant que comme cette partie de la Grande Muraille a été relativement peu rénovée (ou de manière très fidèle à l’originale), certains passages sont plus difficiles d’accès (pentus et plus glissants s’il pleut). Donc vous y verrez moins de touristes, et vous pourrez profiter de la vue exceptionnelle de cette muraille qui serpente sur les montagnes. À couper le souffle.





Espace 798 : pour les amateurs d’art et voir les hipsters de Pékin

Cette petite visite qui ne coûte presque rien si ce n’est le trajet en métro, c’est complètement bonus, si vous aimez l’art, les petits cafés bobos, et que vous voulez ramener une poterie, un vêtement ou une œuvre d’art typiquement de la région. Nous n’y avons passé que deux-trois heures, mais s’il n’avait pas fallu rentrer à l’hôtel pour se préparer au retour en train, nous y aurions passé la journée!
Ça vous sort complètement de la folie de la ville de Pékin, et ça vous sort aussi de tout le côté historique (Cité Interdite, Grande Muraille...) pour vous montrer un aspect jeune, moderne et artistique de la Chine d’aujourd’hui. Si vous êtes un tant soit peu amateur d’art et de petits cafés charmants aux accents hipsters, courez-y! Vous pourrez aussi acheter des sets de thé faits à la main (théière, tasses, etc.) par des artisans locaux, pour des prix vraiment honnêtes.


Avoir Internet en Chine : la solution du VPN

La Chine, niveau liberté. Hum... Voilà. Tout est dit dans ce sous-entendu! Bref, pour accéder à la plupart de vos sites habituels (Google, Google Maps, Facebook, Instagram et j’en passe), ce sera simplement impossible si vous ne trouvez pas un moyen de « tricher ». 
Ce moyen, ça s’appelle un VPN. Que ce soit sur votre ordinateur ou votre smartphone, il vous faudra chercher une application, idéalement gratuite, qui pourra vous proposer un VPN. En très gros, c’est un moyen de faire croire que vous êtes connecté dans un autre pays, et non en Chine, ce qui permet de contourner facilement les interdictions. C’est très utilisé par les touristes, et les jeunes Chinois qui veulent un peu plus de liberté sur le Web. 

Je n’ai pas de conseil à donner, car l’application que j’utilisais est maintenant impossible à trouver sur l’App Store d’Apple. Mais en cherchant un peu, vous y arriverez, j’en suis sûr! 



Auteur : Julien Valat

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire