De Miami à Key West, la Floride : une destination gay-friendly



Un peu bobos et un peu nomades, un peu français et un peu luxembourgeois, Cyril et Anthony parcourent le monde, toujours avec classe, et ne manquent jamais de rapporter, dans leurs valises, des tonnes d’histoires et de carnets de voyage à découvrir sur leur site www.enroutepour.fr
Une contribution exclusive pour Les Bobos Nomades © 2016


Miami, ses plages et bars gay-friendly

Avec 3154 heures d’ensoleillement par an et ses plages de cartes postales, Miami invite à la fête. Le long d’Ocean Drive, lieu hautement touristique, s’étalent des kilomètres de sable chauffés par les rayons du soleil de l’État de Floride (États-Unis d’Amérique). Là, à South Beach, entre deux drapeaux arc-en-ciel, se prélasse sur la plage une horde de jeunes qui n’attendent pas la tombée de la nuit pour faire la fête et se déhancher au rythme des dernières chansons à la mode, diffusées sur leurs smartphones.

Vers 17 heures, lorsque le soleil commence déjà à décliner, tout le monde replie sa serviette pour rejoindre le seul bar gay de l’avenue, le «Palace», à deux pas de la célèbre villa de Gianni Versace, et dont la devise est «Every Queen needs a Palace» ; le ton est donné. Le volume de la sono est poussé et il est alors difficile de se frayer un chemin vers le comptoir, tant l’établissement est bondé.

Le «Palace» est alors l’endroit le plus animé d’Ocean Drive, si bien que les touristes, de tous horizons, marchant sur le trottoir, s’arrêtent pour profiter de l’ambiance et du spectacle offert tantôt par quelques Drag Queens délurées, tantôt par une troupe de percussionnistes endiablés.

Les bonnes adresses :
Plage : le long d’Ocean Drive à South Beach, de Government Cut à la 22e rue,
Bar : Palace, 1200 Ocean Drive, South Beach (ouvert 7 j/7, de 11 h à 1 h)





Sortir en boite gay à Miami

À cette heure, la fête ne fait que commencer ; après l’apéro, chacun rentre chez soi ou dans sa chambre d’hôtel pour se rafraîchir et troquer sa tenue de plage pour un look casual avant de se retrouver quelques heures plus tard à l’entrée du «Twist», boîte branchée à la devanture discrète.

L’endroit, qui ne paie pas de mine, n’est reconnaissable que par un drapeau flottant fièrement sur son toit, pourtant, une fois à l’intérieur, ce sont sept bars, trois pistes de danse et autant d’ambiances musicales différentes qui attendent une clientèle internationale, aux corps sculptés.

L’entrée gratuite et le prix des consommations, raisonnable par rapport aux tarifs pratiqués à Miami, en font un «must do» dans cette capitale de la fête. De l’espace lounge à la salle pleine de gogo dancers, chacun trouve, au Twist, l’endroit qui le fera vibrer.

Les bonnes adresses :
Club : Twist, 1057 Washington Avenue, South Beach (ouvert 7 j/7, de 13 h à 5 h)




Key West, sa communauté gay et sa culture Drag Queen

En poursuivant sa route vers le sud, traversant les îles jusqu’à Key West, une autre ambiance attend la communauté gay. Plus intime, Key West est un monde à part, colonisé par une population un peu marginale. En rejoignant le centre historique, le quartier se décompose en une multitude de ruelles bordées de villas victoriennes et maisons d’hôtes qui, derrière les palmiers, cachent de petits havres de paix avec piscine, transats, hamacs et tout le nécessaire pour profiter de la vie.

À la nuit tombée, Duval Street s’anime et les nombreux bars se remplissent des noctambules venus y prendre un verre. Il n’est pas rare d’y croiser des Drag Queens alpaguant les touristes pour les convier à prendre place et assister aux spectacles qu’elles donnent plusieurs fois par soir à l’«Aqua» ou au «801 Bourbon».

Key West est un peu comme un McDonald’s, «venez comme vous êtes», personne ne juge et personne ne regarde de travers. Aussi populaire que la sphère descendant sur Times Square pour marquer la nouvelle année, c’est du toit du Bourbon que descend Sushi, célébrité locale, parée de ses plus beaux costumes et faux cils, à bord d’une chaussure à talon hors norme, pour annoncer les douze coups de minuit, le 31 décembre.

Mais Sushi n’est pas la seule créature de la nuit à faire vivre cette culture dans la ville la plus au sud des États-Unis d’Amérique : chaque année, depuis 33 ans en 2016, se tient l’élection de la Queen Mother, sorte de Miss Monde de la discipline. Une fois élue, lors d’une fête aussi glamour que délurée, la Reine Mère portera fièrement sa couronne à l’occasion de nombreux évènements caritatifs au profit d’associations LGBT. Après avoir goûté à cette vie d’insouciance, il est toujours difficile de rendre la «Key» de ce paradis et de voir s’éloigner, dans le rétroviseur, la presque-île de Key West.

Les bonnes adresses :
Bar & Drag Queens :
Aqua, 711 Duval Street, Key West (ouvert 7 j/7, de 15 h à tard dans la nuit) 
801 Bourbon, 801 Duval Street, Key West (ouvert 7 j/7, de 9 h à 4 h)


Auteur : Anthony et Cyril

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire