Chapitre 18 : Tout le monde tout nu !

– Yusuke nous propose de nous amener dans un sento aujourd’hui, ça te dirait?
– Un sento?
– Un bain public traditionnel japonais. Pour se relaxer.
– Ah cool! Oui bien sûr! Faut qu’on prenne nos maillots et nos serviettes?
– Juste nos serviettes…
– Comment ça, juste nos serviettes?

En gros, voilà comment j’ai capté que dans un sento, la nudité était la règle. Les hommes et les femmes sont séparés, mis à part ça, c’est tout le monde sur un même pied d’égalité!

La nudité et moi...

Ça n’a jamais été ce qu’il y a de plus simple! Genre, le gamin pudique qui n’aimait pas aller en cours de natation parce qu’il fallait se mettre en maillot, c’était moi. (Bon, aussi parce que je nage avec la dextérité d’un tronc d’arbre… Ouais je flotte, c’est ça). Mais merde, à trente ans, il était temps que je sois un adulte, c’est une tradition japonaise, un lieu où tu vas te relaxer en famille le dimanche, tout le monde se fout que tu sois nu…

Donc nous avons suivi notre ami Yusuke, qui a l’habitude d’aller là-bas en famille et entre amis depuis qu’il est gamin. Logiquement donc, notre attitude fut simple : faire exactement la même chose que lui pour ne pas passer pour des bouffons (ou ne pas paraître impoli, évidemment). Une technique qui a fonctionné parfaitement, sauf lorsque (encore habillés, Dieu merci!) notre ami japonais a tourné à droite au lieu de tourner à gauche… Entrant ainsi dans les vestiaires des femmes… Nous derrière lui!

Cris affolés des hôtesses à l’accueil. Rattrapage in extremis. Une petite bourde qui nous a permis de nous afficher tout de suite et qui commençait parfaitement l’après-midi!


Étape 1 - Les lits de pierres chaudes

Dit comme ça, ça sonne plus comme une séance de torture que comme de la relaxation. Et bien, c’est pas loin de la torture! Non, j’avoue, ça relaxe. Bon, il faut se rassurer tout de suite, on ne s’allonge pas nu sur les pierres chaudes, faut pas pousser, nous n’étions pas là pour tester notre résistance à l’inconfort non plus. On te donne une espèce de pyjama super moelleux, une serviette que tu étales sur les pierres, puis tu t’allonges là, et tu relaxes.

Jusqu’à ce que tu fondes en sueur. Ou bien que tu ne puisses plus respirer tant l’air est brûlant. Mais si, si, ça relaxe. J’avoue! Quand t’arrives à faire fi de l’impression que t’es en train de te dessécher dans un four à pain, ça relaxe. Et c’est presque agréable. Puis la récompense vient après une dizaine de minutes : tu vas t’asseoir dans une salle adjacente où la température n’est plus que de quelques degrés, pour calmer tes sueurs. À cet instant, je pense que j’étais le seul à être heureux d’être à demi nu dans un frigo, jusqu’au moment où...

«Et maintenant on recommence!» lança notre ami, qui repartait, sourire aux lèvres, vers les «douillets» lits de pierres...


Étape 2 - La douche assise

Après la séance d’alternance chaud/froid, il était temps de rentrer dans le vif du sujet. Tout le monde tout nu, petite serviette autour des hanches, nous suivons notre ami vers les douches. Enfin… Douche… Comment dire? Deux rangées, limite à ras de terre, où tu t’assois face à un miroir sur un petit tabouret en plastique, avec ta pomme de douche en face. Tu te savonnes, te laves les cheveux, puis tu te rinces avec minutie pour qu’il ne te reste aucune trace de savon sur le corps (toujours assis sur ton tabouret, bien sûr).

Et après cinq minutes… T’attends là comme un con parce que tu te rends compte que ton ami japonais met deux fois plus de temps que toi pour se laver. Alors tu patientes. Nu. Humide. Sur ce tabouret. Puis tu le vois continuer à se savonner. Et tu vois les autres Japonais autour se savonner aussi. Les cuisses, les jambes, les pieds, les orteils… Avec minutie. Et là tu stresses. J’aurais dû me laver plus longtemps? Est-ce que je devrais recommencer pour faire genre? Où alors je rallume l’eau pour me rincer encore, au moins pour pas rester là comme un abruti? Le regard de Seb, qui patientait aussi, en disait tout aussi long. Cela suffit à me rassurer avant de passer à la troisième étape!


Étape 3 - Les bains chauds

Relaxation totale. Mais pas tout de suite! Personnellement, la relaxation totale n’est arrivée qu’après avoir passé outre trois choses :

1/ Le fait que tu sois un peu gêné de te baigner à poil au milieu d’inconnus.
2/ Le fait que ce soit familial et donc qu’il soit normal qu’il y ait des gamins qui courent (et crient parfois) un peu partout.
3/ Le fait que, contrairement à ce que tu pensais, les gens te regardent (et les gamins, moins gênés, te dévisagent carrément)… Non pas parce qu’ils te jugent, mais parce que c’est certainement la première fois qu’ils voient deux hommes blancs dans ce bain public perdu de la banlieue d’Osaka! Ambiance «Je-sais-plus-où-me-mettre»!

Mais après cette petite période d’adaptation, tu te prélasses en intérieur comme en extérieur, de bains chauds en bains à bulles, en passant par un lit de pierre où ruisselle de l’eau tiède... Tu t’endors à moitié. Tu écoutes le bruit de l’eau qui s’écoule. Tu rêvasses. Bref, la détente dans sa plus simple expression. Le bonheur. En plus, ça coûte quelques pauvres petits dollars pour l’après-midi... Des traditions japonaises de ce genre, j’en redemande! Au fait, pourquoi nous ne faisons pas ça chaque semaine?
LIRE LA SUITE ==> Chapitre 19 : Les «Ah oui c’est vrai» de Montréal

Auteur : Julien Valat

3 commentaires:

  1. Je crois que c'est typiquement francophone d'être gêné par la nudité dans les sauna. Ici, au Luxembourg, et aussi en Allemagne, les saunas sont toujours entièrement nus.
    Moi ça ne me gêne pas du tout, c'est aussi plus hygiénique je trouve. La seule chose qui pourrait me gêner ce serait effectivement la présence d'enfants même si au final c'est la meilleure manière pour qu'ils ne soient pas complexés par leur propre nudité.
    J'imagine bien la scène sous la douche, grand moment de solitude :-p
    J'ai une fois passé une semaine à Tenerife, en échange scolaire, chez un garçon qui s'appelait Osveni; il pensait que j'étais sale parce que je ne restait que 5 minutes sous la douche alors que lui y restait 20 minutes, il avait dit à tout le monde que je ne me lavais pas... alors que par politesse j'essayais juste de ne pas vider son ballon d'eau chaude :-D.
    Est ce que les extérieurs de cet endroits étaient décorés comme un petit jardin japosais avec ses jardins zen, des petits buissons parfaitement taillés, de petits fontaines, ... ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais c'est ça, c'est vraiment une question de culture en fait ! Et c'était mignon à l'extérieur, mais pas nécessairement bien décoré, etc. En fait l'endroit faisait très familial, genre bains de quartier quoi. C'est là où notre ami avait l'habitude d'aller :)

      Supprimer
    2. Ca ne cassait pas trois pattes a un canard laqué ;)

      Supprimer