Chapitre 1 : La prise de conscience


Il se marièrent et eurent beaucoup d'enfants

Le parfait titre du parfait mode d'emploi en 6 étapes pour une vie parfaite.

#1   Tu feras des études
#2   Tu trouveras un bon travail
#3   Tu trouveras une femme
#4   Vous vous achèterez une maison
#5   Vous aurez de beaux enfants
#6   Vous profiterez de votre retraite

Et bien fuck you Cendrillon, j'arrive à suivre un mode d'emploi IKEA, mais le tiens, no way. En plus je suis certain qu'il a été écrit par des crétins qui pensaient que le bonheur viendrait d'une "poupée qui dit oui" et qui leur cuisinerait de bons petits plats le soir en rentrant du boulot.

Moi, à trente ans, mon joli diplôme il me sert pas à grand chose.
Ma princesse, c'est un prince.
Ma maison, c'est un petit appart' en centre-ville.
Je m'ennuie si mon travail ne bouge pas.
Et les baby-boomers se sont assurés que ma retraite reste un mirage : je la vois au loin mais je ne l'atteindrai jamais.

Face à ce constat, je devrais me morfondre, être au bord de la dépression, boire du vin cheap assis sur mon balcon et me demander comment j'ai pu foirer après l'étape #1.

Du coup, j'ai préféré brûler le mode d'emploi

Par contre, t'en as toujours un qui est là pour te le rappeler. Et si c'est pas ta famille, c'est la famille parfaite de Barack & Michelle qui se pavane à Thanksgiving pour te gueuler en plein face que "Regarde nous ! Les gens qui réussissent suivent LE mode d'emploi !". Mais je m'en fous. Let's go.

Après cinq ans à Montréal, je sens bien que j'étais en train de me mémériser. Tu sais, ce moment où, sans t'en rendre compte, t'as construit tes petites habitudes et tu commences à appeler les caissières du coin par leur prénom. OK t'es heureux et tu gambades en souriant pour aller au supermarché en te demandant si Josette sera là, mais il n'y a plus rien pour te challenger.

Alors que finalement, c'est bien plus cool de te mettre volontairement en déséquilibre pour pouvoir changer, s'adapter, grandir. Oui, quitte à prendre le risque de te péter la gueule. Mais tu t'en fous. Tu te relèveras !

Première étape : Cincinnati, Ohio.

Si tu viens d'ouvrir une page Google pour faire une recherche parce que Cincinnati, t'en as entendu vaguement parler à la télé pour une histoire de base-ball... ou de meurtre… ou tu sais pas trop… Et bien te fais pas chier, cliques ici, c'est la page Wikipédia.

La ville était "considérée par Winston Churchill comme la plus belle ville de l'intérieur des terres de l'Amérique". Excellent ! J'adore Wikipédia quand il me soutient dans ma quête quotidienne du verre d'eau à moitié plein. Parce que moi je suis pas Churchill, et même si c'est excitant de visiter les États-Unis, je n'aurais pas nécessairement choisi Cincinnati comme premier arrêt.

La raison de ce premier stop, c'est Sébastien. Lui et deux de ses collègues ont reçu une proposition qui se refuse pas, un coup de pouce exceptionnel pour monter leur startup au pays de l'Oncle Sam. Alors je le rejoins. C'est décidé. Pour combien de temps ? Aucune idée. Pour quoi faire ensuite ? Aucune idée.

C'est stressant. C'est excitant. Bref, c'est parti, nous nous envolons pour une aventure. Vers l'inconnu, les surprises, le fait de ne pas savoir ce que nous ferons dans trois semaines ! Je ne me sens plus, j'ai l'impression d'être un aventurier, à mi-chemin entre la classe d'Indiana Jones et la folie du gars qui traverse l'Atlantique à la rame.

Mais le Bobo en moi capote

Je fais comment avec mes huit paires de Converse ? Et les tableaux qui décorent nos murs, on va en faire quoi ? Puis notre machine Nespresso ? T'y as pensé à notre machine Nespresso ? À présent, Cincinnati sonne à mes oreilles comme le fin fond du Vietnam et abandonner mon métro-boulot-dodo confortable semble l'idée la plus ridicule de l'année.

Heureusement, il me reste encore quelques semaines pour me rassurer, m'organiser, mais surtout, et c'est essentiel, donner à mon côté Bob l'éponge les couleurs d'une Dora l'exploratrice ! C'est pas gagné !


LIRE LA SUITE ==> Chapitre 2 : La course de haies

Auteur : Julien Valat

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire