7 pays les moins LGBT-friendly au monde

C'est malheureux mais encore aujourd'hui, pour un couple LGBT tel que le nôtre, il est difficilement envisageable d'aller visiter nombre de pays du globe, dans lesquels le danger qui règne pour les individus LGBT est véritable. Peine capitale, emprisonnement, persécution… Essayer de cacher notre orientation pourrait être une solution, mais la suspicion pourrait simplement suffire à nous attirer des ennuis. Mieux vaut donc être prudent (ou simplement soutenir la cause LGBT dans ces pays) et ne pas, pour l'instant, ajouter ces destinations sur votre carnet de route.

1 - Iran

Aussi fou que cela puisse paraître, le concept même d'orientation sexuelle n'est pas reconnu en Iran, la justice considérant que tous les Iraniens sont normalement hétérosexuels. Les lois entourant l'homosexualité, autant féminine que masculine, sont extrêmement strictes. Alors qu'une simple caresse peut attirer des dizaines de coup de fouets, une relation homosexuelle avérée pourrait encore aujourd'hui être punie par la peine de mort. Cependant, les ecclésiastiques du pays reconnaissent la possibilité qu'une personne puisse être née avec le mauvais sexe et autorisent par conséquent changement de sexe (chirurgie, traitements…). Ce qui pourrait être considéré comme une avancée est en réalité une grave dérive car beaucoup d'homosexuels sont condamnés à changer de sexe pour éviter la peine capitale.

2 - Ghana

Comme beaucoup de pays d'Afrique, le Ghana est particulièrement virulent à l'encontre des homosexuels, toute relation sexuelle homosexuelle (masculine du moins) étant condamnable par des peines de prison. La persécution des homosexuels (et présumés homosexuel) est aussi très forte. En 2011, le ministre d'état de l'Ouest du pays avait même officiellement ordonné la rafle des homosexuels dans cette région, incitant les propriétaires et locataire à dénoncer les personnes suspectées d'homosexualité.



3 - Jamaïque

En Jamaïque, les relations sexuelles entre hommes sont purement et simplement interdites par la loi, et peuvent être punies par de longues peines de prison. Mais le pire dans cette île des Caraïbes, c'est qu'elle est considérée comme l'un des pays les plus homophobes de la planète. Persécutés et marginalisés, les LGBT son régulièrement victimes d'attaques barbares (attaques à l'arme blanche, immolation, assassinats, viols…).




4 - Egypte

Bien qu'elle ne soit pas officiellement illégale en Egypte, l'homosexualité l'est, de fait, devenue ces dernières années, à cause d'une politique répressive qui prône l'ordre et la morale publique. Nombreux sont les Égyptiens qui, en plus de subir une persécution souvent violente, se sont vu condamnés à de la prison ferme pour actes homosexuels. On se souvient entre autres de la "rafle" d'homosexuels dans un sauna en 2014. Même si, en règle générale, les étrangers ne sont pas concernés par ces condamnations, l'homophobie reste extrêmement présente.


5 - Ouganda

L'Ouganda est un des pays les plus sévères envers l'homosexualité, d'une part en ayant promulgué une loi interdisant le mariage homosexuel (un des seuls pays au monde à l'avoir fait), et d'autre part en condamnant l'acte sexuel homosexuel par une sentence pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement à vie. La discrimination et la persécution des homosexuels est omniprésente, que ce soit par la police, par les enseignants ou même par les médias. Souvenons-nous par exemple de ce magazine (The Red Pepper) qui a par trois fois publié des listes d'homosexuels présumés, entraînant des vagues d'agressions.

6 - Soudan

Ne passant pas par quatre chemins, la loi Soudanaise est basée sur la Charia et condamne les rapports homosexuels à des amendes, de la prison, des coups de fouets, mais aussi à la peine de mort (principalement pour les hommes).








7 - Arabie Saoudite

La répression face à l'homosexualité est telle en Arabie Saoudite qu'on ne peut évoquer le thème dans les médias qu'en faisant référence à son caractère immoral, criminel, ou lié à la décadence de l'Occident. Même si la condamnation à mort (lapidation) semble rare, elle est en théorie possible face à un acte sexuel homosexuel avéré. Coups de fouets et bannissement sont aussi des sentences possibles.

Auteur : Julien Valat

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire